Au nom de l’article 38, je vous emmerde !

Bon, je viens très en retard pour donner, moi aussi, mon humble avis sur la polémique en cours à propos des amendements constitutionnels. Un avis « inutile et incertain » certes, puisque ceux d’éminents constitutionalistes  ont été rangés dans l’escarcelle des querelles politiques en cours depuis 2008. Ces amendements seront proposés donc au verdict des urnes le 15 juillet prochain. Le président Mohamed Ould Abdel Aziz en a décidé ainsi. Bon, pardon, le gouvernement l’a annoncé en conseil des ministres ! Le Conseil constitutionnel ne se prononcera pas sur le recours à l’article 38 qui, selon un magistrat « retraité » et disparu de … Continue reading Au nom de l’article 38, je vous emmerde !

Demain, je vais pleurer devant la présidence pour réclamer un troisième mandat

Demain, je vais pleurer devant la présidence et réclamer un troisième mandat. Et peut-être que je serais nommé ! Qui sait ? Aziz a encore frappé. Et fort. Très fort même. Alors qu’on ne l’attendait pas, il procède à un mini remaniement à peine rentré de trois semaines de vacances en Inchiri et au Tiris Zemmour. J’ai dit qu’il a frappé fort. Et oui, jugez-en vous-mêmes : les deux nouveaux « ministrés » ont cette particularité : avoir pleuré en défendant l’une des « causes » du pouvoir. On se rappelle de cette fameuse campagne d’explication du « discours de Néma ». Le nouveau ministre de la Jeunesse, Mohamed Ould … Continue reading Demain, je vais pleurer devant la présidence pour réclamer un troisième mandat

Félicitez-moi, j’ai perdu ma fonction

J’ai toujours cherché à comprendre pourquoi, en Mauritanie, les gens (ceux qui vous connaissent ou pas) viennent vous féliciter quand vous êtes nommés à un grand poste et reviennent vous présenter leurs condoléances, pardon, leur réconfort, quand vous êtes « renvoyé au garage » à l’issue du Conseil des  ministres du jeudi ou par décret présidentiel.  Aujourd’hui j’ai enfin la réponse. La perte de ma petite fonction  au ministère de l’Education (apprise seulement quand j’ai vu mon salaire du mois de décembre sans ma modeste indemnité) est passée inaperçue. Un non événement. Même quand j’en ai parlé à mes collègues de bureau. … Continue reading Félicitez-moi, j’ai perdu ma fonction

Gueyem *?

Kif-Kif, capitale de la province « la Ceinture », a bien accueilli le président Vegrach (1). Un accueil grandiose, quoique dira l’opposition. Des dizaines de milliers d’anonymes qui n’ont pas dérogé à la règle. C’est ainsi qu’ils accueillaient tous les présidents qui ont précédé Vegrach.

Peshmerga : La pratique mauritanienne du journalisme « alimentaire »

En Mauritanie, le phénomène fait tâche d’huile : les journalistes peshmerga ! Ceux que j’ai pour habitude aussi d’appeler les « journulistes », nom qui, j’avoue, est loin de rendre compte de tous les aspects que revêt cette pratique du journalisme alimentaire. L’appellation « peshmerga » (en référence aux combattants kurdes) vient sans doute de cette absence de règle. Absence de formation aussi. On peut être manœuvre, boucher, ou chamelier et décider, sans crier gare, de devenir « journaliste ». Cela ne demande rien du tout: constituer un statut d’entreprise de presse, le faire légaliser et nous voilà dans un monde sans foi ni loi où … Continue reading Peshmerga : La pratique mauritanienne du journalisme « alimentaire »

Mauritanie : ministres et « ministrés »

J’ai vraiment apprécié l’intervention du député de Nouadhibou, Ghassem Ould Bellali, qui, bien que soutenant le président Mohamed Ould Abdel Aziz, ne s’embarrasse pas de scrupules pour dire tout haut ce que les autres élus du peuple pensent tout bas. Ce député donc, vient de démontrer par l’exemple, comme je l’écris moi souvent dans mes articles, qu’il y a ministres et « ministrés ». Des apparents et des cachés. Des ministres qui décident et d’autres qui exécutent. En fait, c’est un subterfuge, une stratégie qui ne date pas d’aujourd’hui. Taya en a usé et abusé, le président Aziz l’a repiquée. … Continue reading Mauritanie : ministres et « ministrés »

Autour d’un thé

Amis Mondoblogueurs, je partage avec vous ce billet de mon frangin, journaliste au Calame. Et je demande à l’avis de FLORIAN : Peut-il faire « carrière » chez-nous ? Journée internationale de la liberté de la presse. La Mauritanie y occupe une place de choix, dans le monde arabe. Y a qu’en Mauritanie qu’on peut insulter un Président. Y a qu’en Mauritanie qu’on peut évoquer sa vie privée. Ya qu’en Mauritanie que les délits de presse sont dépénalisés. Regardez autour de vous. Ailleurs, des journalistes sont journellement emprisonnés. Souvenez-vous. Qu’est-ce qu’on n’a pas dit sur la balle de ce lieutenant qui a … Continue reading Autour d’un thé

« Hag badh *», ou comment un homme arrive à se tirer d’affaire quand il est pris en « flagrant de lit »

Nous les hommes, nous avons toujours une porte de sortie quand on est acculé par nos honorables moitiés. Un ami, connu pour être un sacré rigolo, m’a juré sur la tête de sa défunte mère que l’histoire que je reproduis ici est vraie, « comme le ciel est en haut et la  terre en bas », dit le commun des Mauritaniens pour donner un brin de certitude à ce qu’il dit. Mais trêve de présentation du contexte, je vous livre « toute chaude » cette histoire, à vous de juger. Mon ami déclare avoir un cousin de militaire (un garde plus précisément) qui, n’aimant … Continue reading « Hag badh *», ou comment un homme arrive à se tirer d’affaire quand il est pris en « flagrant de lit »

La « main habile »

Au départ, il s’agissait d’une simple réparation de portable. Un blackberry qui avait un problème de connecteur. C’est « réparable », me dit aussitôt le Camerounais dont l’échoppe se trouvait juste à l’entrée nord sud du très mythique marché « Noktha Sakhina » (point chaud). Heureux de savoir que ce téléphone qui m’est très utile dans mon travail de tous les  jours est encore réparable, je ne discute pas du prix : 2500 UM. Mais j’étais loin de réaliser que c’est toute une journée que j’allais passer dans ce lieu qui grouille de monde et est propice à toutes sortes d’incidents. La … Continue reading La « main habile »