Sleiman, de berger à Sangrava à pêcheur à Nouadhibou en Mauritanie

Les parcours « exceptionnels » ne sont pas l’apanage des seuls savants. Non. La vie de simples gens, comme Sleiman, l’homme aux multiples facettes (berger à Gweiwa, près de Sangrava, boy à Nouakchott, pêcheur à Nouadhibou et présentement charretier) mérite d’être connue. Une vie de souffrance et de résignation. Une vie de hartani dans cette Mauritanie où, si l’on accepte que l’esclavage n’existe plus (parce qu’il a été aboli moult fois), il n’empêche que ses séquelles continuent encore à peser, lourdement, sur le destin de centaines de milliers d’hommes et de femmes qui luttent pour leur survie. Sleiman ne sait … Continue reading Sleiman, de berger à Sangrava à pêcheur à Nouadhibou en Mauritanie

A la rencontre des femmes courage de la plaine de Leikleyla en Mauritanie

Aleg, ville du centre de la Mauritanie, est la capitale du Brakna. Beaucoup de Mauritaniens connaissent cette cité où s’est tenu, en 1958, le Congrès d’Aleg, considéré comme l’acte de naissance de la Première République. Aleg est aussi une ville où les habitants, majoritairement haratines, luttent pour leur survie. Elles sont cent femmes haratines regroupées dans la coopérative agricole de Lekleila, du nom de la vaste plaine où l’on cultivait, jusqu’à une date récente le mil et autres céréales traditionnelles. La coopérative a démarré en 2011, grâce à l’argent procuré par une boutique communautaire que les adhérentes avaient démarré en … Continue reading A la rencontre des femmes courage de la plaine de Leikleyla en Mauritanie

Mauritanie: comment IRA a servi le pouvoir

Une précision d’abord: cette analyse politico-stratégique sort des sentiers battus de la querelle idéologique et communautaire. Elle n’aborde pas la question d’IRA (Initiative pour la Résurgence d’un mouvement Abolitionniste en Mauritanie) sous l’angle de l’affirmation (ou de la négation) du phénomène de l’esclavage mais cherche à montrer comment Biram et son organisation ont servi le pouvoir. IRA existe depuis 2008 en tant qu’organisation non reconnue mais tolérée. Le discours de son Président, Biram Dah Abeid, est diversement apprécié. Il touche essentiellement des jeunes Harratines qui, pour la plupart, n’ont pas connu l’esclavage dont parle leur Chef mais l’assimilent inconsciemment aux … Continue reading Mauritanie: comment IRA a servi le pouvoir

Esclavage en Mauritanie : Une question (de) complexe

Jamais une question n’a été aussi polémique, aussi équivoque et aussi mitigée que celle de l’esclavage en Mauritanie. C’est une histoire de complexes qui s’enchevêtrent au point qu’en parler suscite souvent un tapage assourdissant qui la confine dans un océan de considérations aussi subjectives les unes que les autres. A ce jour, le traitement de la question n’a jamais, que je sache, englobé tous ses aspects et se limite essentiellement à la réduire à une histoire de traitements dégradants qu’auraient subi une importante communauté nationale d’anciens esclaves redevenus Harratines et dont les corollaires (pauvreté, ignorance, exclusion, marginalisation, stigmatisation et autres) … Continue reading Esclavage en Mauritanie : Une question (de) complexe

Mauritanie : Entre l’arabité et l’africanité, laisser les Haratines être eux-mêmes

Haratine,  oui, Africain, certainement, et Arabe, pourquoi pas ? Deux vérités et demie que j’ai tenté d’expliquer, à ma façon, le 13 août 2012 dans une interview fleuve accordée au site haratineblogpost.com Les haratines, enjeu de toujours. Enjeu du pouvoir en Mauritanie. Ils marchent ce 29 avril, pour la deuxième fois, pour réclamer leurs droits de citoyens comme les autres dans un pays qui se dit démocratique. A cette occasion, je reprends ici l’interview évoquée plus haut pour dire ce qu’ils sont, comment les autres les voient et qu’est-ce qu’il faut entreprendre pour que la Mauritanie parvienne à résoudre, définitivement, ce … Continue reading Mauritanie : Entre l’arabité et l’africanité, laisser les Haratines être eux-mêmes

Lettre à mon ami BBR : on emprisonne un homme mais pas ses idées

Triste de te savoir en prison depuis plus d’un mois déjà. Pourquoi ? On m’a dit – ou plutôt j’ai lu dans notre « presse pressée » alors que je me trouvais à Tunis – que tu participais à une marche dénonçant l’esclavage foncier en Mauritanie. Rien que ça ? On t’a arrêté pour rien. Tu as fait pire, dans la défense de tes frères haratines, je pense, mais les autorités t’ont toujours laissé libre de tes mouvements. Et de ta parole qui impressionnait même ceux qui s’affichaient comme tes contradicteurs les plus farouches. C’est pourquoi je pense que ton arrestation et celle de Biram ont été planifiées de longue date.

Lettre ouverte au président Aziz : Pour ne pas compliquer « l’affaire Biram »

Monsieur le président, Beaucoup ont déjà écrit dans ce qui est devenu aujourd’hui « l’affaire Biram » mais à des fins uniquement partisanes. Pour ou contre l’incarcération du président de l’Initiative pour la résurgence d’un mouvement abolitionniste en Mauritanie (IRA) et ses camarades. Certes, ce n’est pas la première fois que cet homme, qui dit défendre la cause des Haratines en Mauritanie et dénonce l’esclavage dont certains continuent encore à subir les affres, goûte aux incommodités de la prison, mais son arrestation d’il y a un mois risque d’avoir des conséquences très lourdes pour le pays. Monsieur le président, Si l’on s’achemine, … Continue reading Lettre ouverte au président Aziz : Pour ne pas compliquer « l’affaire Biram »