En Mauritanie les TV d’info créent des « troubles » dans les foyers

14 avril 2014

En Mauritanie les TV d’info créent des « troubles » dans les foyers

Crédit photo : Saharamédias)
Crédit photo : Saharamédias)

Jusqu’à récemment encore, regarder la télévision était l’un des moyens d’échange pour les membres d’une seule famille.  Un moment privilégié surtout en suivant un feuilleton historique, une série mexicaine ou turque ou encore un programme de divertissement (musique) et, plus rarement, le journal télévisé qu’on ne voit qu’une seule fois dans la journée !

Tous les commentaires tournaient autour du héros du film, chacun exprimant ses sentiments – et ressentiments – La mère se sent souvent plus proche de l’héroïne victime de l’injustice et complètement abattue, le père est plus en phase avec le héros qui se bat pour la survie, alors que les enfants ont des penchants « instables » et sont portés sur leurs désirs et plaisirs.

Les programmes télé sont restés, jusqu’à la fin du deuxième millénaire, comme le moyen qui réunit tous les avis (l’homme, la femme, l’enfant), probablement parce que les autres chaînes de télévision n’avaient pas encore envahi les foyers mauritaniens, mais aussi du fait que l’info rapide n’avait pas encore atteint sa vitesse de croisière actuelle. Les Mauritaniens, en dehors de leur âge et de leur vocation étaient ainsi obligés de se s’adapter avec l’existant.

Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui avec la prolifération des chaînes de télévision et la profusion quasi incontrôlée des programmes TV. Il faut vraiment avoir aujourd’hui les nerfs solides pour surfer d’une chaîne à une autre tant l’offre diversifiée donne du tournis. Que choisir ? Que regarder ? Mais surtout, que faire face à cette « invasion » qui trouble la sensibilité des enfants ?

La nouvelle offre a aussi eu, comme conséquence essentielle, de créer une divergence de goût entre l’homme et la femme. A tel point que la femme mauritanienne classe aujourd’hui certaines chaînes de télévision dans la catégorie des « ennemis » jurés parce qu’elles rivalisent avec elle dans l’accaparement de l’homme, qu’elle considère comme sa « propriété ». Ainsi, parmi les chaînes les plus honnies par les femmes en Mauritanie, figurent en tête du classement, la chaîne d’information Al-Jazira, et ses « dérivés » sportives. Viennent ensuite Al-Arabiya et toutes les chaînes qui font la part belle à l’information ainsi que les télévisions privées mauritaniennes qui mettent l’accent sur la politique. Les chaînes qui ont par contre le suffrage des femmes mauritaniennes sont MBC, LBC et Hannibal.

A titre d’exemple, Fatimetou Mint Brahim, étudiante en droit, considère que regarder une chaîne d’information lui donne des vertiges. Elle estime que c’est monotone et même « torturant » parce qu’on n’y voit que guerres, destructions et crises politiques.

Quant à Marièm, infirmière de son état, elle a une haine sans limites des chaînes de télévision informatives parce que, dit-elle, elles lui arrachent son mari qui ne s’occupe plus d’elle que rarement, passant la plupart de son temps à suivre l’actu dans le salon. Il va même jusqu’à imposer le silence total autour de lui quand il écoute l’info d’Al-Jazira ou d’Al-Arabiya.

Les hommes ont, eux aussi, leurs avis sur la femme et certaines chaînes de télévision. Certains avouent ne pas aimer celles qui mettent leur nez partout, parce que cela n’est pas dans leur « nature ». Il faut qu’elles restent dans le domaine de leurs chaînes de prédilection, comme Star Academy et Rotana, qui les gavent de ce qu’elles aiment et désirent (films, chansons, feuilletons) et qui ne traitent que d’amour, de mariage, divorce, scandales et faits divers.

Traduit de l’arabe (source : Saharamédias)

Partagez