Téléthon : L’utile et le futile

Étiquettes
30 décembre 2013

Téléthon : L’utile et le futile

Ahmed Ould Yahya, président de la FFRIM(photo: Maurifoot)
Ahmed Ould Yahya, président de la FFRIM(photo: Maurifoot)

Le téléthon destiné à lever des fonds pour les Mourabitounes a provoqué un véritable « mayloumak yal warrani ». Une sorte de « gare au dernier » suscitée par l’appel lancé par le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, pour soutenir « l’expédition » sud-africaine de l’équipe nationale de football au CHAN, compétition continentale réservée aux locaux.

Au risque de choquer, je dirai que je n’ai pas pris part à cette « mobilisation » nationale. Parce que, comme l’a dit si bien Belinda Mohamed, les mauritaniens ont raté pas mal d’occasions pour :

 

« Pour les Malades couchés dans les hôpitaux qui n’ont pas de quoi se soigner ?

Pour les Enfants non Scolarisés ?

Pour les Quartiers encore inondés d’eau ?

Pour la réhabilitation de structures bien concrètes et en place (stades) ?

Pour la réhabilitation de classes d’écoles ?

Pour créer un fonds d’accès au Microcrédit ? »

Question : pourquoi toutes ces occasions ratées ?

Parce qu’il s’agissait de batailles perdues d’avance ? Et que les Mourabitounes n’ont rien à perdre dans cette aventure sud-africaine ? Ne dit-on pas qu’ils ont déjà beaucoup fait ? Etre parmi les 16 équipes finalistes, en éliminant le Sénégal, c’est déjà pas mal. Surtout que c’est une première dans l’histoire du foot national. Même si le CHAN n’est pas la CAN.

Les mauritaniens ont mobilisé les fonds un peu forcés quoi. L’auraient-ils fait si volontiers sans l’appel du Raïs, depuis le palais des congrès où se tenait le Séminaire des compétences et expertises Mauritaniennes ? J’en doute fort. Mais le résultat est là : plus de 300 millions d’ouguiyas (1 million d’USD) pour renflouer les caisses de la FFRIM !

Les hommes politiques, les hommes d’affaires et les mauritaniens lambdas qui ont défilé à la TVM, quarante-huit heures durant, savaient pertinemment qu’ils faisaient un « placement ». On ne fait rien pour rien surtout quand le sport est mangé à la sauce politique, au sortir d’élections municipales et législatives à l’issue desquelles un nouveau gouvernement devra être formé. Alors, comme beaucoup de mes compatriotes qui font le distinguo entre l’utile et le futile, je dis, Téléthon d’accord mais pourquoi le foot exactement ?

 

 

Partagez