Où est le président ?

Article : Où est le président ?
11 décembre 2012

Où est le président ?

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz, à son retour de France, le 24 novembre 2012. (photo: France24).

Une question que personne ne se pose aujourd’hui. Dix jours que le rais est hors du pays pour un séjour en France. Un second voyage qui, heureusement, n’a pas suscité les mêmes passions que celui du 14 octobre dernier, quand le président Mohamed Ould Abdel Aziz a été évacué d’urgence à Paris, suite à sa blessure, « par méprise », avait dit le gouvernement. On sait la suite. Un feuilleton de rumeurs, de « vérités », de contre-vérités, d’analyses de cas, de situations, jusqu’au retour du président, avec un accueil « historique » de la part d’une majorité qui, elle-même, avait pourtant commencé à douter.

L’empoignade verbale qui avait mis aux prises pouvoir et COD (coordination de l’opposition démocratique) un mois durant, a connu un dénouement tragi-comique qui explique aujourd’hui le « relâchement » qui accompagne ce second séjour présidentiel « pour soins complémentaires ». Côté, COD, on hésite à évoquer cette absence, pour ne pas parler de « vacance », même si le mystère continue à entourer la santé du président Ould Abdel Aziz. Car il est vrai que le président, par son retour à Nouakchott, quatre jours avant la commémoration du 52ème anniversaire de l’indépendance de la Mauritanie, a mis fin à la polémique autour de son incapacité physique à assurer sa charge présidentielle. La preuve en a été  donnée en deux temps : tout le long du trajet Aéroport international de Nouakchott – Palais présidentiel qu’il a fait debout, saluant les centaines de milliers « d’accueilleurs », convaincus ou non, ensuite en donnant une conférence de presse, au lendemain du 28 novembre, pour répondre à certaines questions essentielles pour l’opinion publique nationale et internationale.

On avait pensé cela suffisant, côté majorité présidentielle, pour faire taire la COD et même l’humilier, en se disant que c’est aux mauritaniens maintenant de juger à partir de ce qu’ils ont vu et entendu. Donc, réellement, un bon point pour le pouvoir qui a joué de perfidie en cachant la vérité sur la santé du président, en le donnant même pour très malade, avec des bribes d’informations « non vérifiées » pour laisser la COD conjecturer sur une affaire devenue presque d’Etat. Mais, il faut aussi le reconnaitre, le retour du rais en France, son séjour qui commence à durer et l’absence d’informations sur ce qui le retient encore à Paris, et même sur la durée de son séjour, remet la COD en scelle. On se dit qu’il y a, quelque part, une information à chercher. S’agit-il d’un contrôle de routine ? D’une complication ? Ou, tout simplement, de vacances sous forme de convalescence pour mieux reprendre la forme ?

Toujours est-il que les mauritaniens sont maintenant convaincus que le pouvoir du président Aziz est solidement assis. Deux longs séjours qui n’ont rien à voir avec les visites officielles (ne dépassant généralement pas 72 heures) montrent, à qui ne le sait pas encore, que l’homme aux deux coups d’Etat a eu suffisamment d’expérience pour se prémunir lui-même. Même si…

 

Partagez