En Mauritanie, quand le bâtiment va…rien ne va

Quand le bâtiment va…rien ne va. A Nouakchott, c’est le sentiment partagé de tous ceux qui vivent cette fin de second mandat de Mohamed Ould Abdel Aziz comme un calvaire. Personne ou presque ne se soucie des « choses » politiques. Ils considèrent que c’est maintenant peine perdue. Le Sénat n’existe plus. « Nous l’avons supprimé, nous l’avons supprimé », avait crié le raïs lors du dernier meeting référendaire, alors même que les Mauritaniens n’avaient pas encore voté pour prononcer la sentence de mort de la chambre haute du Parlement. Le « dérèglement » créé par les amendements constitutionnels a pris de court l’opposition … Continue reading En Mauritanie, quand le bâtiment va…rien ne va

Référendum : c’était bien « le vote des bêtes sauvages »

En Mauritanie, le « oui » pour les réformes constitutionnelles proposées par le président Mohamed Ould Abdel Aziz (présentées à tort comme les résultats d’un « dialogue national »), l’a remporté largement. Avec 85%, nous dit la CENI (commission électorale nationale indépendante) qui, comme le sénat que le référendum vient d’enterrer, a aussi dépassé son mandat ! Mais l’enjeu de ce référendum que l’opposition radicale (une coalition de 8 partis, de syndicats et de personnalités indépendantes) qualifie d’illégal, était ailleurs. On se demandait qui allait voter? La majortité présidentielle (une soixantaine de partis politiques) qui n’avait de discours et de mode d’action que celui … Continue reading Référendum : c’était bien « le vote des bêtes sauvages »

Mauritaniens, indignez-vous !

J’aimererai bien crier, à la face des « majoritants » et des opposants : ya ehel mouritani goulou eff e’khleytou. Expression intraduisible mais qui donnerait quelque chose comme : « mauritaniens, indignez-vous »! Depuis cinquante-six ans, les hommes politiques vous mentent. Vous volent. Vous humilient. Le premier de ces mensonges est de vous faire croire que vous avez acquis votre indépendance, alors que vous dépendez encore, comme tant d’autres pays africains et arabes, de vos anciens maîtres. Nous ne produisons ni ce que nous mangeons ni ce que nous portons. Je ne parle pas de nos moyens de locomotion et encore moins des armes … Continue reading Mauritaniens, indignez-vous !

Au nom de l’article 38, je vous emmerde !

Bon, je viens très en retard pour donner, moi aussi, mon humble avis sur la polémique en cours à propos des amendements constitutionnels. Un avis « inutile et incertain » certes, puisque ceux d’éminents constitutionalistes  ont été rangés dans l’escarcelle des querelles politiques en cours depuis 2008. Ces amendements seront proposés donc au verdict des urnes le 15 juillet prochain. Le président Mohamed Ould Abdel Aziz en a décidé ainsi. Bon, pardon, le gouvernement l’a annoncé en conseil des ministres ! Le Conseil constitutionnel ne se prononcera pas sur le recours à l’article 38 qui, selon un magistrat « retraité » et disparu de … Continue reading Au nom de l’article 38, je vous emmerde !

Demain, je vais pleurer devant la présidence pour réclamer un troisième mandat

Demain, je vais pleurer devant la présidence et réclamer un troisième mandat. Et peut-être que je serais nommé ! Qui sait ? Aziz a encore frappé. Et fort. Très fort même. Alors qu’on ne l’attendait pas, il procède à un mini remaniement à peine rentré de trois semaines de vacances en Inchiri et au Tiris Zemmour. J’ai dit qu’il a frappé fort. Et oui, jugez-en vous-mêmes : les deux nouveaux « ministrés » ont cette particularité : avoir pleuré en défendant l’une des « causes » du pouvoir. On se rappelle de cette fameuse campagne d’explication du « discours de Néma ». Le nouveau ministre de la Jeunesse, Mohamed Ould … Continue reading Demain, je vais pleurer devant la présidence pour réclamer un troisième mandat

Mauritanie : La crise, notre « normalité »

Cette fois, c’est clair : Aziz a bien dit qu’il ne briguera pas un troisième mandat. Mais a-t-il vraiment dit qu’il quittera le pouvoir ? L’opposition continue à ne pas croire un président qui a chaque fois joue et gagne. En 2005, les militaires qui avaient renversé le président Taya, Aziz en tête, avait déclaré qu’ils laisseront le pouvoir aux civils, à la fin d’une transition militaire de 24 mois, finalement ramenée à 19. Le colonel Ely, le président de cette transition qui, on l’apprendra plus tard à nos dépends, était une partie de poker menteur, a bien cédé la présidence au … Continue reading Mauritanie : La crise, notre « normalité »

Sommet de la Ligue arabe : coups gagnants pour Aziz

La force du président Aziz, c’est sa témérité. Son courage, diront ses admirateurs. Sa « folie » (des grandeurs), rétorqueront ses opposants. Qu’on l’aime ou pas, il faut reconnaître que l’homme tire un grand bénéfice de sa propension à agir. A ses collaborateurs, il dit : faites et puis on verra après ! J’étais de ceux qui pensaient qu’organiser un sommet de la Ligue arabe à Nouakchott était une folie. A plusieurs égards. Mes raisons ? Nouakchott n’est pas une ville au sens où l’entendent nos frères du Machrek et du Maghreb. Les premiers ont converti (enfoui) leurs pétrodollars en villes qui … Continue reading Sommet de la Ligue arabe : coups gagnants pour Aziz

Partir : la question n’est pas de savoir quand mais comment ?

Les changements que la Mauritanie connaîtra, à la fin du deuxième mandat du président Mohamed Ould Abdel Aziz, favorisent de nouveaux « placements », au sens économique et financier du terme. L’effervescence politique actuelle est symptomatique. Chacun, dans le camp de la majorité, veut assurer un gain. Il table sur une double hypothèse : Aziz peut choisir de partir ou décider de rester. Dans un cas comme dans l’autre, il faut agir. Accompagner la mise en place de l’échafaudage politique que l’homme fort du moment mettra en place pour préparer sa « succession » (il a dit lui-même à Néma qu’il n’est pas question de laisser … Continue reading Partir : la question n’est pas de savoir quand mais comment ?