Mauritaniens, indignez-vous !

Aeafat, quartier de Nouakchott (Photo : Sneiba)

J’aimererai bien crier, à la face des « majoritants » et des opposants : ya ehel mouritani goulou eff e’khleytou. Expression intraduisible mais qui donnerait quelque chose comme : « mauritaniens, indignez-vous »!
Depuis cinquante-six ans, les hommes politiques vous mentent. Vous volent. Vous humilient.
Le premier de ces mensonges est de vous faire croire que vous avez acquis votre indépendance, alors que vous dépendez encore, comme tant d’autres pays africains et arabes, de vos anciens maîtres. Nous ne produisons ni ce que nous mangeons ni ce que nous portons. Je ne parle pas de nos moyens de locomotion et encore moins des armes qui permettent à nos forces de l’ordre non pas d’assurer notre sécurité mais de nous forcer à subir le joug de nos gouvernants. L’armée a pour premier rôle d’assurer la continuité du pouvoir jusqu’au jour où un militaire décide de remplacer un militaire. Ne dit-on pas chez nous « may mout sendri maaje wahed v belou » (si un soldat meurt, un autre le remplace ». Cette « mort » peut être politique, par l’effet d’un coup d’Etat que l’on perpétue aussi contre les présidents civils, même élus démocratiquement.

Putschs à répétition : 1978…1981…1984…2005…2008…20..?

Notre temps politique est rythmé par les coups d’Etat. La « pause » de 2007 a été de courte durée. Une éclaircie démocratique qui devait seulement permettre à l’auteur du putsch de 2005 de préparer une gestion durable du pouvoir. Une supercherie politco-militaire appelée « Rectfication » qui dure encore aujourd’hui. Et l’on nous parle de démocratie, dix ans après !
Avoir accepté de jouer (pour perdre ou gagner) dans un pays où la politique se pratique, comme le golf, mais sur des sables mouvants, est le propre d’une élite clochardisée par le long règne de l’armée. La démarcation entre la majorité et l’opposition est une sorte de ligne Maginot que l’on transgresse allégrement en période électorale. Le peuple, éternel dindon de la farce, est mangé à toutes les sauces. Celle de la majorité intéressée ou de l’opposition sans consistance prenant ses rêves de (con)quête du pouvoir pour la réalité. Une opposition qui confond vitesse et précipitation et tombe, très souvent, dans le piège tendu par le pouvoir.
Le président Aziz, qui était « le gardien du temple¹ » durant le long règne de Taya, a reproduit son système. Le Système. Tribus, argent et savoir. Il l’a même perfectionné en lui passant une légère couche de machiavélisme; comme s’il avait lu et assimilé Le Prince. Alors que Taya avait détruit l’armée pour gouverner avec les civils, Aziz a restauré la force pour s’assurer la loyauté de l’élite et dominer le peuple. Aujourd’hui, dans l’esprit des mauritaniens, le rais est l’homme du « ça passe ou ça casse ».

Eternel recommencement

Les réformes constitutionnelles que propose le président Aziz en cette fin de second mandat ressemblent, à s’y méprendre, à la « Rectification » par laquelle il avait justifié son usurpation du pouvoir en 2008. L’objectif étant le même : après être arrivé, il faut savoir rester. Et durer.
Celui qui prétend s’être opposé en 2008 au retour de « l’Ancien régime » (dont une bonne partie se trouve aujourd’hui de son côté) réclame plus de temps pour « parachever » SES projets ! Un troisième mandat « informel » comme celui imposé au peuple burundais par Nkurunziza et ardemment recherché en RDC par Kabila.
Parce que l’opposition veut triompher sans livrer bataille, les réformes constitutionnelles, légitimes ou pas, passeront. Les peuples indignes et sans volonté se rangent toujours du côté de la force. L’élite corrompue les aura devancés sur la voie sans embûches de l’opportunisme, pas de l’opportunité offerte, comme en 2005 et en 2008, de faire avancer la démocratie. Cela est pourtant arrivé chez nos voisins du Sénégal quand, en 2012, les électeurs ont retourné leurs « armes » (leurs bulletins) contre le président Wade qui avait des velléités de monarque.

La course aux nominations et aux privilèges devient le maître mot de tous les agissements. On entend alors toutes sortes d’incongruités. « La constitution n’est pas le Coran ». Bien sûr. Elle peut donc être changée, échangée même ! « Le peuple est souverain », oui, mais on lui impose par l’article 38, devenu subitement TOUTE la constitution, après le rejet des amendements par le sénat, d’aller dans le sens voulu par le pouvoir. Certains opposants n’ont pas le droit d’assister à des manifestations (conférence de presse) parce qu’ils appartiennent à des organisations non reconnues (IRA, FPC). Leurs droits de citoyens pouvant militer dans le parti de leur choix est ainsi bafoué. Et pourtant, ceux qui louent les amendements et magnifient les « réalisations » du président donnent libre cours à leurs facéties dans les médias publics, devenus propriété exclusive du Parti au pouvoir, et dans les salles de conférence des hôtels ou des maisons des jeunes. Les « initiatives » de soutien au président foisonnent et font le bonheur des télévisions et sites « peshmerga² ». Il s’agit souvent de jeunes loups formés à l’école de l’opportunisme politique. Des jeunes qui passent un temps à l’opposition, pour faire monter les enchères et, subitement, déclarent leur adhésion au parti au pouvoir parce qu’ils ont vu « les réalisations grandioses accomplies sous la direction éclairée du président et mises en œuvre par le Premier ministre ».
Depuis l’arrivée de l’armée au pouvoir, un 10 juillet 1978, c’est ce cycle infernal qui fonde notre « démogâchis ». Mauritaniens, « goulou eff ekhleytou » (dites « ça suffit » ou acceptez de vivre indignement. Acceptez votre déchéance.

  1. Titre d’un roman de Ch. H. Kane
  2. Nom donné à certains sites mauritaniens qui monnayent leurs services.